Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lorsque Capcom à annoncé l'arrivée d'un reboot de la licence Devil May Cry j'ai fait des bons de joie! par contre lorsque j'ai vu que c'était le studio Ninja Theory qui était en charge du projet, j'ai commencé à flipper un peu ! Faut dire que ce studio anglais à franchement du mal à se faire un nom dans l'industrie, pourtant Heavenly Sword et le dernier en date Enslaved étaient rempli de bonnes idées, mais manquaient cruellement d'ambition et de finitions. Cette fois c'est avec le soutien non négligeable de Capcom que ce jeune studio va tenter de rendre ses lettres de noblesse à cette licence mythique sortie en 2001 sur PS2, Devil May Cry !

La mode est au reboot, on en mange partout et c'est un exercice très périlleux à réussir, arriver à amener un nouveau souffle dans un univers déjà existant c'est tout un art et bien évidement ça commence par le design du héro....et sur ce point on peut dire que Ninja Theory a réussi à au moins créer le buzz autour de son! Le jeune Dante est à des années lumières de la class qu'incarne le "vieux" Dante. Avec son look d'ado attardé, un rien crade, vulgaire et totalement imbu de sa personne le Dante nouveau doit signer le grand retour de la licence...c'est ce que nous allons tenter de découvrir.

Petit rappel pour ceux qui découvriraient la licence, Dante est le fil de Sparda, un Démon qui a sauvé l'humanité en se retournant contre les siens et d'un Ange nommé Eva, voilà une bonne raison pour tout tenter afin de mettre un terme à la vie de notre héro et qui dit héro dit forcement super méchant et celui de DMC se nomme Mundus, roi démoniaque des Limbes qui fera tout pour se débarrasser de vous en envoyant à vos trousses des hordes de démon tous plus moche et baveau les uns que les autres ! Bien entendu et comme nous somme face à un reboot, notre héro ne sait absolument rien de son passé et le grand méchant à cette fois forme humaine et incarne à lui seul tous les vices et déviances de notre société ou comment asservir l'humanité grâce au média, mais Dante pourra compter sur l'aide de son frère Vergil et de la très belle Kat ! Bon on ne peut pas dire que le scénario soit le point fort de la série, mais il est efficace et offre son lot de séquences épique et quelques rebondissement bien amené, tout en en apprenant plus sur l'enfance de Dante et de son frère Vergil.

Commençons comme d'habitude par la partie esthétique du titre, et je ne parlerais pas ici du design du héro, promis ! Personnellement j'ai été plus qu'agréablement surpris par les graphisme du jeu, Ninja Theory semble s'être donné les moyens (enfin Capcom leur à donné) pour nous livrer un univers incroyable ou le monde réel et les limbes s'entrechoquent et s'entremêlent d'une façon très fluide sans laisser de temps mort au héro le tout étant ultra travaillée artistiquement, chapeau bas ! Le choix des couleurs est lui aussi de la fête avec des tons forcement très sombre tirant sur le rouge sang, mais aussi des couleurs très flash et lumineuse suivant la réalité dans laquelle vous êtes. Ce mélange des styles est également valable pour les divers univers que vous traverserez tout au long de votre périple ! Les textures sont très travaillées, bien que certaines auraient mérité parfois un peu plus d'attention et l'animation ne faiblit jamais malgré parfois des décors bien chargé en hordes d'ennemis, impressionnant, je n'ai que ce mot qui me vient.

Tant qu'a parler de l'environnement, enchainons sur le gameplay qui offre des mécaniques de jeu certes connue depuis des lustres allant du saut de plateforme à la séquence de haute voltige grâce aux grapins et j'en passe, mais elles sont utilisées habillement et sans prise de tête, comme quoi ce sont dans les vieilles casseroles qu'ont fait les meilleurs soupe. Mais Devil May Cry c'est surtout le Duo armes blanche/armes à feu et elles sont au nombre de huit, une fois encore les développeurs on fait preuve d'une grande habilité pour nous offrir une prise en main immédiate ou switcher d'armes (démoniaque ou angélique) pour lancer des combos de folie se fait sans douleur, dans le plus grand fun et pour le plus grand malheur des démons et autres âmes perdues. Croyez moi vous prendrez un pied monstrueux à faire souffrir vos ennemis tout en les finissant dans une grosse explosion d'hémoglobine....juste jouissif!

Par contre en ce qui concerne la durée de vie, je vous conseille vivement de commencer le jeu en mode difficile (mode Néphilim) tant le mode normal ne propose pas vraiment de challenge et pour ceux qui en ont dans le pantalon attaquez vous au dernier niveau de difficulté ou le moindre coups se transformera à coups sûr en Game Over !Il faudra comptez tout de même une bonne dizaine d'heures pour terminer le jeu ce qui reste pour moi, assez honorable par les temps qui courent ! Vous pourrez même prolonger encore l'expérience de jeu en explorant les stages à la recherche des zones défi qui vous permettront de récupérez de précieux bonus. N'oublions pas que DMC est à la base un beat'em All donc axé sur le scoring.

Pour conclure cet avis, abstraction faite du look de Dante (qui sera modifiable d'ici peu) et de quelques scènes vraiment trash et/ou très portées sur le sexe le tout orné d'un langage parfois très fleurit, faut l'excuser il est en pleine adolescence, ce sont les hormones qui parlent. Je ne peux que saluer le travail de Ninja Theory qui a su dépoussiérer sans trop se mouiller une licence qui semblait avoir perdu toute sa saveur depuis le très mauvais quatrième épisode. C'est donc un pari réussi pour ce reboot de la série Devil May Cry, bien vite la suite et bravo Ninja Theory !

[MON AVIS] DMC[MON AVIS] DMC
[MON AVIS] DMC[MON AVIS] DMC[MON AVIS] DMC
[MON AVIS] DMC[MON AVIS] DMC

Commenter cet article