Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par legeekmoderne

Chaussons nos crampons, enfilons nos protège-tibias et hop, jouons à la babale ! Alléluia mes frères, le FIFA nouveau est arrivé ! FIFA 14 est mort, gloire à FIFA 15 ! Comme chaque année, nos amis d’Electronic Arts sortent ce qui, depuis 2008, est la référence en simulation footballistique. Ma prose pourrait donc être brève en vous assurant qu’une nouvelle fois nous avons droit à la crème de ce qu’il se fait en jeu de football. Et c’est vrai !!! … et faux à la fois. Voici pourquoi.

Je précise, avant de commencer, que cet avis ne concerne que les versions next gen (PS4 et XBOX One). Les versions PS3 et X360 ne sont qu’une mise à jour des clubs et joueurs de l’opus 2014 sans grande évolution.

[MON AVIS] FIFA 15

La première impression, quand on se lance dans la nouvelle grand messe du ballon rond, est celle-ci : « mon Dieu que c’est beau ! » Il est vrai que EA Sport a mis les bouchées doubles concernant l’aspect visuel et les animations en temps réel en match. L’attitude des joueurs est bluffante de réalisme, leurs émotions se ressentent jusque dans notre moelle épinière et l’ambiance des stades est criante de réalisme. L’accent à clairement été mis sur l’immersion et c’est réussi ! Cette impression sera encore plus grande si vous n’aviez pas au l’occasion de jouer sur FIFA 14 next gen qui amorçait déjà un virage dans ce sens.

Bien donc, mais tant d’efforts herculéens sur des intros, des ralentis et des séquences entre les phases de jeu sont presque vains. Comme tout bon joueur FIFA qui se respecte, après trois au quatre matches, les animations et les ralentis deviennent superflus… On les zappe !!! On veut jouer et encore jouer.

Un bon FIFA se juge sur son aptitude à être une vrai simulation de football et donc à son gameplay.

[MON AVIS] FIFA 15
[MON AVIS] FIFA 15[MON AVIS] FIFA 15[MON AVIS] FIFA 15

Et c’est là que les romains s’empoignèrent ! Depuis plus de six ans, la licence règne en maître sur la planète foot. Pourquoi ? Grace à une remise en question forte (FIFA 08) pour reprendre le leadership abandonné à PES les années précédentes en axant tout sur un gameplay immersif et réaliste. Pari réussi à cette époque. FIFA gouverne sans partage depuis. Même quand il s’emblait s’essouffler sur le dernier numéro exclusif PS3 et X360, FIFA 13 surprenait avec un tout nouveau système de défense révolutionnaire. Ce petit historique nous amène au gameplay de FIFA 15. Et là… patatra !

En voulant tout miser sur la forme, les petit gars de Vancouver ont oublié le fond. Les mouvements sont plus fluides c'est un fait et l’ambiance nous donne la chaire de poule, certes sur ça le travail est là, mais ils ont oublié une chose primordiale : le football.

Pour commencer, le rythme est volontairement plus soutenu, mais à l’excès. Ainsi, on a parfois l’impression que la circulation de balle s’apparente plus à une partie de flipper qu’à un match de foot. La mauvaise gestion, voire catastrophique, du placement des défenseurs les rend impuissant dès qu’un attaquant adverse, trop rapide, fonce tout droit tête baissée vers le goal. Le système de défense génial mis au point en 2013 devient dans cette dernière version un handicap.

[MON AVIS] FIFA 15[MON AVIS] FIFA 15
[MON AVIS] FIFA 15[MON AVIS] FIFA 15

Que dire des gardiens cette année ? Si un gardien de but professionnel dans notre bon vieux monde réel faisait le quart des bourdes de son clone virtuel, il serait rapidement remercié. Alors que les gardiens de FIFA 15 sont capables d’aller chercher une « patate » dans la lucarne de façon magistrale, ils deviennent complètement incompétents sur une frappe molle.

Le nombre de buts encaissés sur une balle reprise après une déviation du gardien suite à un tir anodin devient, à la longue, plus qu’agaçant, j'espère qu'un correctif viendra rapidement afin de corriger ce défaut, sinon on se retrouvera vite avec des scores digne de la NBA !

Quant à la gestion des tirs, EA a voulu corriger la facilité de marquer sur frappe lourde dans FIFA 14. Bien dans l’idée, sauf que marquer de cette manière dans ce nouvel opus devient mission presque impossible. Même cadrer relève de l’exploit. On se retourne alors sur des tirs enroulés un peu mous mais cadrés qui feront mouche, ou au pire repoussés maladroitement par le gardien. La boucle est bouclée…et ça gâche la fête !

Loin de moi l’idée de peindre un tableau noir de FIFA 15. Le contenu reste hyper riche. Carrière joueur ou manager, tournoi personnalisé, saison en ligne et la cerise sur le gâteau : l’Ultimate Team toujours aussi aditif ! Et que dire de la Premier League anglaise rendue de façon splendide !

Ce dernier numéro reste un très bon jeu de football, presque excellent, mais décevant par rapport à son prédécesseur qui n'était au final qu'un portage HD de la version PS3/360 en mode super HD. Le studio canadien semble s’être reposé sur ses acquis en pensant être le seul à pouvoir satisfaire les assoiffés de football. Pourtant, la concurrence revient en force. Et si au cours des derniers salons, on pensait que PES rattrapait son retard sans surpasser FIFA, il est possible, au vu du résultat final du jeu d’Electronic Arts, que l’équipe de Konami frappe un grand coup cette année.

Réponse en novembre à la sortie de PES 2015… Wait and see…

Je tiens à remercier Karim pour son aide pour cette avis, car tous ceux qui me connaissent savent à quel point "j'aime le foot"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article