Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

legeekmoderne 2.0

Un peu de modernité dans ce monde de geek !

legeekmoderne 2.0

[MON AVIS] The Evil Within

Voilà bien un des jeux que j’attendais depuis bien longtemps, ce jeu signe (peut-être) le grand retour du Survival- Horror et surtout du maitre et père du genre, Shinji Mikami ! J’ai pris énormément de plaisir à écrire cette avis et j’ai eu du mal à le condenser, j’espère que vous aurez autant de plaisir à le lire et à découvrir ce jeu complètement fou !

Comment ne pas commencer cette avis, par vous parler un peu de Shinji Mikami qui pour ceux qui l’ignoreraient encore, n’est ni plus ni moins du père du Survival Horror et de la mythique série, Resident Evil ! Ce dernier après avoir travaillé des années pour Capcom a décidé de partir pour de nouvelles aventures en travaillant notamment avec le studio Platinum Games (Vanquish), mais aussi avec Suda51 sur le titre Sgadows of the Damnedpour finir par lancer son propre studio en 2010, baptisé Tango Gameworks et établi à Tokyo ! On peut donc dire que ce personnage à de la bouteille et qu’on attendait de pied ferme son nouveau bébé, The Evil Within, titre qui devrait revenir aux sources du Survival bien malsain comme on les aime et qui se sont fait bien trop rare ces dernières années.

[MON AVIS] The Evil Within

Panique à Krimson City (et pas Raccoon City hein) une vague de crime et de disparitions suspectent envahissent l’établissement psychiatrique de Beacon et c’est bien entendu à vous d’aller élucider cette sale histoire ! Sauf qu'une fois de plus, le héros de l’histoire, Sebastian Castellanos, est l’archétype de l’anti-héros, rongé pas ses démons intérieur et tués à petit feu par les bouteilles de whisky qu’il s’enfilent à longueur de journée pour essayer de les oublier, c'est pas gagné d'avance, car hélas pour lui son cauchemar ne fait que commencer en pénétrant à Beacon ou un esprit malfaisant nommé Ruvik qui est grave flippant décide de vous mener la vie dure et à peine entré dans cette anti-chambre de l'enfer, vous voilà inconscient et à votre réveil, le cauchemar peut commencer ! Vous vous retrouvez enfermé dans son propre monde qui est bien évidement complètement détraqué et le mot est faible !

Votre but est bien entendu de faire la lumière sur cette sombre histoire et de mettre un terme aux agissements sanguinaire de cet esprit, autant vous dire que ce n’est pas gagné au vu de votre pédigré..Voilà tout le challenge que nous propose sur le papier, The Evil Within

Mais autant vous dire tout de suite que Shinji Mikami s’est vraiment fait plaisir et a laissé libre court à son imagination débordante (à se demander s’il n’est pas bon à enfermer aussi) pour tout faire pour nous mettre mal à l’aise et ce dès notre entrée dans l’hôpital psychiatrique, choix très judicieux, car on trouve difficilement plus malsain comme endroit, surtout quand il est le théâtre de meurtres ultra violent, pour peu on se croirait de retour dans l’hôpital du premier Silent Hill le tout mélangé sadiquement à toutes les plus grandes références des films bien gore, dérangeant et bien dégueulasse qui nous arrivent depuis le début des années 2000 comme les séries Saw, Hostel, The Ring ou encore La colline a des yeux et j’en passe…. Bref attendez-vous à en voir de toutes les couleurs et j’espère que votre cœur (et estomac) se portent bien, car ils seront soumis à rude épreuve.

[MON AVIS] The Evil Within
[MON AVIS] The Evil Within[MON AVIS] The Evil Within

Bon je crois que pour ce qui est de l’ambiance vous l’aurez compris vous en aurez pour votre argent, mais passons à un point crucial et tout de même relativement important surtout pour nos nouvelles consoles, les graphismes (et je le redis il n’y a pas que les graphismes dans la vie hein !).

Le studio Tango a opté pour un choix très cinématographique que personnellement je trouve terrible ! Je m’explique tout comme au cinéma, vous parcourrez le jeu de A à Z en mode cinémascope, c’est-à-dire avec les bandes noires au-dessus et en-dessous de l’écran ! Il fallait l’oser, mais cela donne un cachet à l’ambiance vraiment unique ce qui du coup réduit votre champ de vision et renforce votre mal être et la peur d’avancer trop vite, car pour couronner le tout la caméra est positionnée un rien au-dessus de l’épaule de notre alcoolique ! Moi je dis bravo c'est juste génial, mais comme d'habitude je suis certain que ça ne plaira pas à tout le monde...Il faut de tout pour faire un monde !

Mais bon, le jeu n’est pas parfait et une fois encore cross-gen oblige, The Evil Within n’a pas pu bénéficier de tout le soin dont il aurait eu besoin pour briller sur next-Gen, car entre les légers problèmes de ralentissements, les textures par toujours aux tops de leur formes, quelques bugs de collision et un petit effet de tearing, je suis un peu déçu par le manque de finition du jeu, mais fort heureusement la modélisation des personnages et du bestiaires est très réussi, le rajout de filtres par moment, un rien granuleux renforce encore le côté malsain du jeu et les différents environnements intérieurs comme extérieurs sont plus que flippant et diabolique, au final l’ambiance l’emporte sur l’esthétique !

L’ambiance sonore à elle aussi toute son importance dans ce type de jeu et vos oreilles risquent, elles aussi de devenir un peu folles tant on entend ou crois entendre des bruits ou appels, cris rien ne vous sera épargné….La traduction de est de bonne facture, mais impossible de choisir la langue du jeu, dommage.

[MON AVIS] The Evil Within
[MON AVIS] The Evil Within[MON AVIS] The Evil Within[MON AVIS] The Evil Within

Le gameplay quand à lui est sans surprise et caractéristique du développeur ! Entre caméra sur l’épaule, un personnage un peu trop lourd à diriger tout cela est bien évidement là pour continuer à nous mettre bien mal à l’aise.

En ce qui concerne votre armement il évoluera bien entendu au fil de votre aventure et toute la panoplie du parfait flingueurs de gros monstres est présent à l’appel du simple flingue en passant par la grenade, le fusil à pompe et même l’arbalète ou vous pourrez créer vos propre flèches suivant le type de menace et pour cela il faudra une fois de plus fouiller votre environnement pour les trouver, mais attention essayez de viser le plus juste possible, car les munitions tout comme dans les premiers Resident Evil sont rare et très précieuses ! Pour ce qui est du déplacement de notre héros vous aurez bien entendu la possibilité de tirer en reculant (ouf) et vous pourrez même piquer un sprint en cas de gros stress sauf si votre santé est trop faible, faites juste attention à votre jauge d’endurance (ben oui sinon c’est pas comique….)

Aaaahhh la gestion de votre barre de santé, oubliez de suite la facilité que vous offre les Call of Duty et autres FPS du genre, non ici pas de régénération automatique, on reprend le modèle Resident evil et on part à la recherche de seringues chichement distribuées tout au long de votre cauchemar ou pire encore, mais ça je vous laisse le découvrir par vous même, vous ne serez pas déçu ! Il vous faudra donc vous faire le plus discret possible lors de vos attaques. On est à la limite de l’infiltration ce que Sebastian est tout a fait capable de faire grâce à sa capacité à marcher sur la pointe des pieds.

[MON AVIS] The Evil Within[MON AVIS] The Evil Within
[MON AVIS] The Evil Within[MON AVIS] The Evil Within

La durée de vie du jeu est tout à fait honorable vu les temps qui courent, comptez une bonne vingtaine d’heures pour dénouer le mystère qu’entour cette hôpital, un soins tout particulier à été porté au bestiaire aussi riche que varié, la folie en plus bien entendu. Le titre est loin d’être une partie de plaisir et ce même en mode « détente » vos ennemis sont coriaces, il faudra taper fort, très fort même pour certains. N’oublions pas non plus les quelques énigmes qu’il vous faudra résoudre pour avancer et des stages qui mettront vos nerfs à rude épreuve tant on se croirait dans une espèce de mode horde ou les monstres pleuvent comme en enfer.

Rajouter à tout cela une mise en scène explosive dont certaines scènes vous resteront gravées à jamais dans votre cerveau de gamer et on tient ENFIN le « renouveau » du Survival-Horror.

The Evil Within n’apporte pas grand chose de neuf dans son style, mais il est en condensé de tout ce qui se fait de mieux dans le milieu de l’horreur que ce soit au cinéma et avant dans les jeux vidéo, il se permet même le luxe de faire quelques clins d’œil à l'oeuvre originel du maître ainsi qu'au quatrième opus, si ça c'est pas la classe !

Bien qu’il ne soit pas parfait graphiquement et que certains passages soient un rien trop long par moment et cassent un rien le rythme du jeu, je ne peux que saluer le travail accompli par Shinji Mikami, qui aura réussi à me refaire peur devant un jeu vidéo ou l’angoisse du pas de trop ou de la balle qui manque vous donnera des sueurs froides comme au bon vieux temps !

Shinji Mikami est de retour et le Survival-Horror aussi, on attend déjà avec impatience son prochain jeu !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article